Categories

Accueil > Enseigner l’infodoc > Idée de séance pour la DP3 : « Coldcase »

4 juin 2010
Gaelle Sogliuzzo (LP Beaumont, Redon)

Idée de séance pour la DP3 : « Coldcase »

Découverte du kiosque et du site ONISEP

Cette séance a été construite en 2007, avec pour objectif d’offrir une première approche pratique du kiosque et du site de l’ONISEP aux élèves de DP3. Elle fonctionne en demi-classes (une quinzaine d’élèves au maximum), répartis en « équipes » de 3 élèves. Il faut compter une heure par demi-classe, parfois un peu plus pour les groupes les moins débrouillards. Nous l’avons expérimentée avec une collègue d’histoire-géographie.

Le thème de l’enquête policière, inspiré de la série « Coldcase », favorise l’entrée des élèves dans l’activité et contextualise de façon ludique les processus de réflexion et de recherche à mettre en œuvre pour résoudre « l’affaire ».

Il s’agit de remplir les fiches des suspects en prélevant des informations dans la documentation disponible dans le kiosque ONISEP et dans le site internet du même organisme, ceci étant en réalité prétexte à l’établissement de fiches-métier.Le panel de métiers passés en revue est varié, afin de permettre une exploration ouverte des outils et une approche large des « familles » de métiers existants.

Chaque « équipe » reçoit une pochette kraft grand format dans la quelle sont regroupés :

  • la lettre d’ordre de réouverture de l’enquête, qui donne aux élèves le contexte de travail et le but de la séance
  • Le rapport d’enquête, qui donne les indices nécessaires à la résolution de l’affaire
  • les fiches d’identité des « suspects », en fait des fiches-métier « déguisées » à compléter
  • le tableau récapitulatif permettant de faire le lien entre les indices et les suspects, et qui donne la référence des documents à exploiter pour chaque fiche de suspect.

Pour compléter la mise en scène, vous pouvez aussi, comme je l’ai fait alors, glisser dans lesdites pochettes de fausses « pièces à conviction » dans de petits sachets plastiques transparents à glissière : un peu de terre et d’herbe « retrouvée sur les lieux du crime », un petit crayon à papier trempé dans du faux sang (de l’encre rouge, de la peinture...), une photo truquée montrant le « cadavre » (nous avions alors mis en scène une collègue puis bricolé l’image sous Gimp)... Les enveloppes kraft et les sachets contenant les pièces à conviction étaient équipées de bandeaux d’identification et d’étiquettes-tampons officiels pour parfaire le cadre.

Le fonctionnement par groupe a été choisi volontairement, afin de susciter un mode de fonctionnement orienté vers l’acquisition d’un certain nombre de compétences orientées « autonomie » : répartition des tâches, collaboration, gestion de projet...

Vous pourrez trouver ci-dessous l’ensemble des documents nécessaires à la mise en oeuvre de cette activité : le synopsis de séance vous indiquera le détail du contexte mis en place, la correction du tableau de synthèse des indices recueillis et l’organisation pédagogique mise en place. Les autres fichiers sont les documents destinés aux élèves cités plus haut, et les éléments « d’habillage » des pochettes et enveloppes.

N’hésitez pas à utiliser le forum pour réagir ou demander des précisions !

info portfolio

Photo truquée de la « victime »

Partager