Categories

Accueil > Association > Actions, projets > Courrier aux élus

14 juin 2012
Gaelle Sogliuzzo (LP Beaumont, Redon)

Courrier aux élus

Enseignement de la culture informationnelle et soutien au Manifeste 2012

[Article mis à jour le 25 juin 2012]

A la mi-avril, avant les élections législatives, l’ADBEN Bretagne a adressé un courrier à l’ensemble des députés et sénateurs Bretons ; il avait pour objet soumettre à nos interlocuteurs politiques les propositions formalisées dans le manifeste 2012 de la FADBEN, de leur faire état de la réflexion universitaire concernant le concept de culture informationnelle, et de solliciter leur soutien en faveur de la création d’un enseignement formalisé de la culture informationnelle dans le secondaire.

Quatre réponses nous sont parvenues à ce jour. Vous trouverez en PJ les courriers que nous ont adressé M. Gilbert Le Bris, député PS du Finistère, Mme Corinne Erhel, députée PS des Côtes d’Armor et conseillère régionale, et M. Jean-René Marsac, député PS d’Ille et Vilaine. Nous leur avons d’ores et déjà fait parvenir un message de félicitations pour leur réélection, et maintenons le contact.

Mme Marie-Renée Oget, députée PS des Côtes d’Armor également, nous a quant à elle fait l’honneur d’apposer sa signature sur le Manifeste 2012. Elle ne se représente cependant pas sur ce mandat, et nous ne manquerons bien sûr pas de solliciter son successeur sur le sujet qui nous occupe.

Nous remercions vivement ces quatre représentants élus de leur intérêt et de leur soutien. Nous adresserons à la rentrée un courrier, dans la continuité de cette démarche, aux nouveaux élus Bretons, afin de prolonger notre action et mobiliser nos élus sur les questions vives de la profession, dans l’intérêt évidemment primordial des élèves.

Texte intégral du courrier adressé aux élus bretons

Objet : Manifeste 2012 de la FADBEN, pour un enseignement de la culture informationnelle pour tous les élèves dans le secondaire.

Monsieur le Député, Madame la Députée / Monsieur le Sénateur, Madame la Sénatrice

L’éducation est l’un des thèmes centraux des élections présidentielles, et sera sans aucun doute une préoccupation majeure lors du prochain scrutin législatif. En tant qu’association professionnelle d’enseignants documentalistes de l’Education nationale, nous nous saisissons aujourd’hui de cette dynamique favorable pour vous soumettre l’état de nos réflexions, et solliciter votre soutien en faveur de la création d’un enseignement formalisé de la culture informationnelle dans le secondaire.

La réussite de tous les élèves, objectif premier du système éducatif, devrait intégrer depuis plusieurs années un faisceau de problématiques spécifiques liées au contexte de la société de l’information ; elle nécessite aujourd’hui des prises de position fortes dont, nous en sommes certains, vous saurez reconnaitre l’importance pour les jeunes qui nous sont confiés.

La capacité à construire des connaissances et des opinions, à entreprendre, à s’engager ne peuvent aller sans l’aptitude à se situer, en tant qu’individu agissant et responsable, dans la société de l’information qui est la nôtre. La liberté de pensée et d’expression ne saurait être envisagée, aujourd’hui, en dehors d’une compréhension réelle de l’information et des médias. Les enjeux de cette culture informationnelle sont ainsi essentiels pour nos élèves, futurs acteurs de la société, que nous nous devons d’accompagner vers l’autonomie informationnelle et l’acquisition d’un jugement critique, garants de leur émancipation, de leur responsabilisation, et de leur insertion réussie.

Il nous paraît urgent que soient pris en compte ces enjeux multiples : enjeux scolaires et universitaires évidemment, mais aussi enjeux sociaux (résorber la fracture numérique, aujourd’hui placée davantage du côté de la maitrise et de la compréhension de l’environnement numérique, que de l’accès aux équipements), économiques (formation professionnelle, insertion), sociocognitifs (construire une attitude raisonnée et réflexive vis-à-vis d’un environnement informationnel en constante mutation), scientifiques et techniques (Recherche et innovation), et politiques (formation de citoyens critiques face à l’information).

Qui peut encore croire, devant la complexité des problématiques soulevées par l’information aujourd’hui (surinformation, question des sources, enjeux communicationnels, lecture numérique, publication en ligne, présence numérique…) que les élèves puissent être à même de construire une réelle compétence dans ce domaine, sans une formation structurée, formalisée, progressive de la 6e à la terminale, et placée sous la responsabilité de personnels enseignants spécialistes ?

Les professeurs documentalistes en poste dans les établissements scolaires, recrutés par CAPES depuis 1989, sont en première ligne pour attester du besoin évident qu’ont les élèves du secondaire de cette culture informationnelle en action ; et depuis longtemps, convaincus de son caractère essentiel, ils innovent pour tenter d’apporter à tous un peu de cet enseignement : interdisciplinarité, démarche de projet, méthodes issues de la pédagogie active, utilisation raisonnée des nouvelles technologies... Ils cheminent sur la voie de la translittératie, articulant cultures médiatique, info-documentaire, numérique et informatique.

Ils souhaitent faire valoir une autre voie que celle en œuvre dans les programmes et dispositifs actuels, une voie qui va au delà de la simple approche procédurale et méthodologique : ils revendiquent aujourd’hui, avec le soutien de la recherche en sciences de l’information et de la communication, et en sciences de l’éducation, une réelle culture informationnelle pour les élèves, basée sur la compréhension des enjeux et des notions propres à l’information et aux médias ; ils demandent la formalisation d’un véritable enseignement de l’information documentation, étroitement articulé avec les enseignements disciplinaires existants, dans tous les collèges et lycées, afin que les élèves puissent faire face, consciemment et de façon éclairée, aux enjeux de leur formation. Les professeurs documentalistes sont qualifiés, légitimes et volontaires pour assurer cet enseignement : ils demandent donc que leur soient enfin donnés les moyens pédagogiques d’assurer la mission d’enseignement qui est la leur, conformément à la circulaire de missions de 1986 régissant la profession.

C’est tout le sens du manifeste 2012 publié par la FADBEN (fédération des enseignants documentalistes de l’éducation nationale), intitulé « Enseignement de l’information-documentation et ouverture à la culture informationnelle », qui propose l’élaboration d’une formation curriculaire à la culture informationnelle, confiée à la responsabilité des enseignants documentalistes, en collaboration avec leurs collègues de disciplines. L’association appelle toutes celles et ceux qui considèrent que l’enseignement de la culture informationnelle participe à l’égalité des chances et à la formation du citoyen et de la citoyenne à soutenir ce texte.

Je vous invite à en prendre connaissance et, si vous souhaitez nous accompagner dans cet engagement éducatif, à nous faire l’honneur d’ajouter, comme M. Philippe Meirieu récemment, votre signature à la liste de nos soutiens à l’adresse suivante http://fadben.asso.fr/MANIFESTE-2012.html.

Certaine qu’il vous tiendra à cœur de manifester votre attachement à l’École républicaine et démocratique en relayant ce texte et nos propositions pour la réussite de tous les élèves, je me tiens à votre entière disposition pour tout complément d’information, et vous prie de croire, Monsieur, Madame, le Député, en l’expression de mes respectueuses salutations.

Gaëlle SOGLIUZZO
Présidente de l’ADBEN Bretagne
Membre du bureau national de la FADBEN

POUR EN SAVOIR DAVANTAGE SUR LA CULTURE DE L’INFORMATION PORTEE PAR LA FADBEN

Partager